Racoon, Liverpool Rain, je craque… je fonds…

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler ici de Racoon, mon gros coup de cœur qui se confirme au travers de leur dernier album Liverpool Rain, sorti en France en septembre dernier. Cet album a été enregistré à Londres dans les fameux studios d’Abbey Road avec la participation non moins étonnante du London Chamber Orchestra orchestre symphonique national du Royaume Uni. A noter aussi que le groupe est désormais accompagné par les belges de Gentlemanagement (qui notamment accompagnent aussi Selah Sue). D’où sans doute le petit clin d’œil de la pochette inspirée de l’univers de Magritte.

Liverpool Rain est un album magnifique, avec une dimension émotionnelle comme d’habitude, sublimé par le symphonique et la séduisante voix enraillée de Bart van der Weide… je craque, je fonds…

Je craque encore et toujours pour le timbre de voix si particulier de Bart van der Weide, son accent si néerlandais qui resurgit parfois au coin d’un refrain et sa diction si parfaite. Je fonds encore et toujours quand il joue de l’harmonica, quand il parle au lieu de fredonner…

Difficile d’expliquer mes sentiments à l’écoute de cet album, comme des 5 autres d’ailleurs. Même si je ne les comprends pas toutes, on sent des paroles engagées, chaque piste devient un véritable récit. Bart van der Weide y raconte 11 histoires et pas juste des rimes et des refrains. Des histoires où se mêlent sentiments et authenticité. Des histoires où l’on parle de vieillesse, de futur, de valeur, d’engagement et de paix… beaucoup de paix…

Musicalement, je craque pour les violons et les cuivres apportés à cet album par le London Chamber Orchestra qui viennent parfois adoucir la rage de la voix de Bart van der Weide ou s’accorder à merveille avec son harmonica, ou encore avec les excellents arrangements de guitare. On passe avec délice des ballades avec Liverpool Rain aux rythmes plus entrainants avec Took a Hit

2014 ouvre cet opus avec beaucoup de panache, une histoire du futur du style “on se retrouvera dans dix ans”. No Mercy est superbe aussi avec ses saxos et ses cœurs sur son rythme très enjoué. Les paroles (l’héritage de la sagesse à enseigner à nos enfants) de Little Down on the Upside me touchent particulièrement.

Ma préférée restera Don’t Hold Me Down. Sublissime mélodie… J’ai craqué avec l’harmonica, j’ai fondu avec les violons du London Chamber Orchestra qui sont superbement bien posés sur la mélodie… et les paroles… aussi touchantes que les intonations de rage de Bart van der Weide. Ce morceau est un véritable bijou !

No Story to Tell est également sublime tant pour sa mélodie que pour ses paroles et je dis cela juste avant de découvrir Don’t Give Up The Fight qui est encore plus belle !! Je craque, je fonds…

Vous l’aurez compris, je suis fan, j’ai craqué et je suis sûre que vous aussi !

“And please don’t give up the fight
For no reason, but your own
I never said a fight would be easy
Because it won’t”

Extrait de Don’t give up the Fight

Pour découvrir les paroles de cet album : www.lyricsreg.com/albums/racoon/

NatCordeaux

La musique tient la même place dans ma vie que le parfum : indispensable tous les jours, interchangeable en fonction de mon humeur. La femme digitale que je suis préfère la musique authentique, les guitares autour d'un feu de bois aux salles de concert, les sons pop, folk, le hard, le slam... Je suis capable de dire dès la première mesure si le morceau me plait ou non, j'adore les rythmes à contre temps, les accords dissonants et les mélanges voix instruments improbables. Je déteste le classique, l'opéra, les chansons pour enfants, Gainsbourg et Johnny. Co-fondatrice de [email protected] Vôtre avec l'hôte de ce blog, Responsable éditoriale pour @LesNews

Une pensée sur “Racoon, Liverpool Rain, je craque… je fonds…

Laisser un commentaire