Petit détour dans les années 50 avec Caro Emerald

Aujourd’hui je vous emmène au pays de Roger Rabbit, d’Al Capone ou de Mike Hammer ! Aujourd’hui on change d’époque et on change de rythme !

Silence ! On tourne !


Imaginez un bar, des volutes de havane, des vapeurs de whisky, des chapeaux de feutres et des costumes rayés… Sur la scène, une superbe jeune femme plantureuse, so sexy, au look rétro et à la voix jazzy à souhait…

Cette femme c’est Caro Emerald, chanteuse néerlandaise d’à peine une trentaine d’année et elle fait un carton international depuis l’été 2009 ! Souvent nominée (Mtv Europe Music Awards – EBBA European Border Breaker’s Award), son premier album est resté 27 semaines en tête des ventes aux Pays Bas dépassant ainsi le record de Michael Jackson d’une semaine !

Tout a commencé par une vidéo « artisanale » faite avec un ami et déposée sur YouTube. Des Milliers de visites très vite (1 591 846 vues) et des internautes qui la prient de vendre sa chanson sur iTune. Cette chanson « Back it up » va faire son succès international.

Mais Caro Emerald prouvera très vite qu’elle n’est pas la femme d’un tube de l’été et s’ensuivra un album incroyablement original et plébiscité « Deleted Scenes from the Cuttin Room Floor ».

Des vidéos toujours très kitch mais qui vont si bien avec le style de musique léger, rythmé et atypique.

Plus qu’un style jazz des années 50, entre tango et mambo, ces musiques s’inspirent directement des clichés cinématographiques. Chacun des morceaux nous emmène inconsciemment vers un film, une époque, un piano bar… L’atmosphère des célèbres studios d’Hollywood est habilement suggérée, il ne manque plus que les crépitements d’un vieux vinyle usé… les Andrew Sisters ne sont parfois pas très loin…



Je vous laisse découvrir l’album que j’ai adoré et qui a ensoleillé mes journées de janvier ! Et vous pouvez retrouver Caro Emerald sur sa page fan

NatCordeaux

La musique tient la même place dans ma vie que le parfum : indispensable tous les jours, interchangeable en fonction de mon humeur. La femme digitale que je suis préfère la musique authentique, les guitares autour d'un feu de bois aux salles de concert, les sons pop, folk, le hard, le slam... Je suis capable de dire dès la première mesure si le morceau me plait ou non, j'adore les rythmes à contre temps, les accords dissonants et les mélanges voix instruments improbables. Je déteste le classique, l'opéra, les chansons pour enfants, Gainsbourg et Johnny. Co-fondatrice de Cor[email protected] Vôtre avec l'hôte de ce blog, Responsable éditoriale pour @LesNews

2 pensées sur “Petit détour dans les années 50 avec Caro Emerald

Laisser un commentaire