James Blake et la mélancolie du dubstep

Il m’arrive d’ouvrir mes cages à miel à des musiques improbables. Il est vrai que selon la période j’aime rester au chaud dans mes sonorités intemporelles. Mais pas en ce moment. Je dirais même que c’est maintenant qu’il faut oser me faire découvrir de nouveaux sons…

L’album éponyme de James Blake fait partie de ces albums que l’on découvre, que l’on prend avec précaution, que l’on écoute sans entendre, qui vous surprend et que l’on chérit… ou pas !



A en croire tout ce que j’ai lu sur le web, l’album de James Blake était attendu comme le messie. Je n’ai jamais véritablement succombé à de telles annonces. Mais je dois bien l’avouer, j’aurais peut être dû m’y attarder au moins pour cette fois. James Blake, c’est beaucoup de silences mêlés à des sonorités provenant de partout. Par moment je me suis même demandé si j’avais pas 3 ou 4 écoutes en parallèles tellement la déstructure est présente.

Je vous laisse écouter le titre qui porte l’album. The Wilhem Scream n’est pas celui que je préfère mais sans nul doute le plus abordable.


Cependant ne vous arrêtez pas à ce titre. Les 4 derniers titres de l’album sont les plus envoutants. Et comme je l’ai dit au début, James Blake a fait un album qu’il faut écouter plus d’une fois pour véritablement l’apprécier.


Et si vous en êtes déjà fan, vous en apprendrez beaucoup plus sur le très bon site Magicrpm… Et vous pourrez aussi vous procurer l’album un peu partout depuis sa sortie le 7 février.

Petit bonus pour le plaisir : dans le player en bas du blog, retrouvez la reprise du titre de Joni Mitchell’s « A Case Of You » par James Blake en live sur la radio BBC le 9 février 2011

MoiMateo

Fondateur et chroniqueur de MoiMateo.com. Découvreur et diffuseur de talents étéroclytes. Signe particulier : 2 cages à miel en équipement d'origine.

3 pensées sur “James Blake et la mélancolie du dubstep

Laisser un commentaire