Ike and Tina Turner – live in paris / olympia 1971

Considéré comme un des meilleurs disque live de l’histoire du rock. Live in Paris, nous replonge 40 ans en arrière sur la scène parisienne de l’Olympia.
Heureux, sont ceux qui ont pu voir cette prestation du couple Turner, ici à son apogée.
Menés par la baguette du chef d’orchestre Ike. Les Kings of Rythm et les 3 choristes, Les Ikettes commencent par faire monter la salle en pression avec un répertoire Soul, Funk.
La flamboyante panthère noire Tina arrivera sur le 5ème titre, le medley « Gimme some loving / Sweet soul music » sous les acclamations d’un public conquis et électrisé.

Ike et tina turner visuel pochette de l'album

La suite est un enchainement endiablé de 10 parties musicales principalement constituées de reprises de Sly and the family Stone, Rolling stones, Otis Redding, Beatles,…
Le set ira crescendo en température. Mélangeant les genres rythm’n’blues, rock, funk, gospel, soul avec parfois des accalmies plongeant l’audience dans le blues.
Les 15 excellents morceaux de ce Live in Paris sont à écouter fort comme tout bon disque de rock. Puisque ce style est marié depuis toujours à la musique noire.

Tracklist
01 – Grumbling
02 – You Got Me Hummin’
03 – Everyday People
04 – Shake A Tail Feather
05 – Gimme Some Loving / Sweet Soul Music
06 – Son Of A Preacher Man
07 – Come Together
08 – Proud Mary
09 – Love Like Yours Don’t Come Knockin’ Everyday
10 – I Smell Trouble
11 – Respect
12 – Honky Tonk Women
13 – I’ve Been Loving You Too Long
14 – I Want To Take You Higher
15 – Land Of 1000 Dances


La raison ou les raisons pour laquelle je prend plaisir à réécouter cet album :
A l’écoute de Live In Paris, beaucoup de choses se remettent en place, on se prend une claque (on peux dire merci à Ike, pour une fois) et on se dit « ok ! Là, ça joue ! » (Non ! Ike, pas ma joue !)
Nous replongeons dans le passé d’un Olympia passé.
Sur un beat rythmique et orchestré où se croisent les cuivres, les choeurs, la whawha, les voix et La Voix.
Assistant à toutes les réactions du public dans une atmosphère surchauffée. Imaginant facilement la scène, les musiciens, les chorégraphies, les regards de Ike à sa troupe si faux-pas il y a.
Mais il n’y en pas. Ce soir là, tout le monde sera payé. Le Groove y était.

Un titre : « Proud Mary » avec sa montée en puissance.

et pendant ce temps là en 1971 au pays des fans de Johnny d’autre allaient voir en concert :
Un autre couple tout aussi mythique nommé Stone et Charden avec leur succès « l’Aventura » …ça mérite l’Olympia aussi.
N’oublions pas aussi les qualités scéniques et brulantes de Sheila avec ses potes les rois mages, les Mireille Mathieu, Gilbert Montagné, Michel Delpech, Julien Clerc, Nicoletta et le sacré Claude François. Haa non, celui là, faut rien dire sur lui.
Bon finissons donc alors, avec Patrick Topaloff et son « J’ai bien mangé j’ai bien bu ». Reste à savoir si il a enflammé l’Olympia avec ce titre… à mon avis, oui, on est quand même au pays des fans de Johnny.

Marc guitar' of @petevyler

Ma drogue c’est le Rock dans tout ces états. Et j’aime la faire partager… Sur scène en tant que musicien, mais aussi maintenant en tant que chroniqueur ici. Guitariste du groupe Pete Vyler (Toulouse), Sourire Kabyle (Lyon) dans les 90’s,... Mat’ qui suivait mon groupe @petevyler sur Twitter m’a proposé d’ouvrir un espace dédié aux Rock et autres excellentes “vieilleries”. La rubrique “Honey Rock” fut donc créée pour vous décrasser les cages à miels. Ici, aucunes nouveautés juste des albums qui m’ont marqué et qui à mon avis méritent une place quelque part dans ce XXIème siècle. Place qui peut être un écrit sur un blog ou une relative écoute attentive dans vos oreilles.

Laisser un commentaire