Orelsan – Le chant des sirènes par Spry

2011, année de ma réconciliation forcée avec l’industrie musicale.
En effet, après une adolescence à acheter des CD avec mon propre argent, certains au prix fort car accompagné d’un joli autocollant « import », et un début de vie d’adulte qui a fait gonfler les bénéfices d’iTunes, je m’étais lassé du mode de consommation de la musique en même temps que la baisse générale de sa qualité.

Puis voilà, un jour, j’ai découvert Spotify avec un compte Free (pas de limite de temps d’écoute mais publicités tous les deux ou trois titres), donc l’idée de découvrir autant de nouveaux sons ou de réécouter certains tubes inavoubales me convenait parfaitement. Et enfin, pour des raisons de confort (et surtout parce que Spotify a modifié le comportement des offres gratuites), je suis passé en compte Premium, avec possibilité d’écouter mes playlists sur mon téléphone.

Donc voilà, cette année, j’ai écouté beaucoup de nouveautés, et il n’a pas été facile de faire un choix. J’aurais aimé vous parler de l’album éponyme d’Allen Stone ou du « How Do You Do » de Mayer Hawthrone, mais pas du du tout de l' »Audio, Vidéo, Disco » de Justice.

Au final, ça s’est joué entre le dernier Lenny Kravitz – Black and White America – et le second album d’OrelsanLe chant des sirènes. Deux styles bien différents, certes, et si j’ai choisi de vous parler de l’artiste de Caen, c’est surtout pour mettre fin à la fameuse histoire dans l’histoire.

Pour certains, Orelsan, c’était d’abord le morceau « Changement ». Un titre habile, sans réelle prétention, qui décrivait une jeunesse incomprise par tous, sauf par elle-même.

Pour beaucoup d’autres, c’est un morceau dont on n’a plus besoin et envie de parler. Un morceau pourtant antérieur au premier album d’Aurelien (« Perdu d’avance »), et qui vampirisera encore longtemps la carrière de l’artiste.

Donc pendant que les débatteurs débattaient sur la liberté d’expression et le machisme, on a donc perdu de vue Orelsan. D’ailleurs, certaines personnes pensaient ne jamais revoir le jeune homme, qui annonçait à qui voulait l’entendre n’avoir besoin de faire un second album puisque tout était dans le premier…

Mais ça, c’était avant le titre « N’importe comment » de Toxic Avenger. Aidé par un clip qui a fait le tour du net par son visuel, le peuple découvre qu’Orelsan n’est pas que le personnage d’une seule pièce, mais un véritable rappeur capable de surprendre, à défaut de plaire.

Et soudain, pour annoncer l’album Le chant des sirènes, il y a eu « Raelsan » : LE single du retour. LE single de la coupe de cheveux. Un son fort, un texte constructif et pour faire suite à son aventure électro, un nouveau clip efficace. Cette fois, c’est sûr, on ne parle plus du passé, on s’intéresse à la suite des événements.

C’est donc le 26 septembre 2011 que les sirènes se sont mises à fredonner. Et soyons honnêtes, si cet album ne sera pas un classique du rap (était-ce d’ailleurs l’objectif ?), il reste un signe de maturité musicale. Comprenons-nous bien : entre les deux LP, il s’est passé officiellement deux années. À l’écoute, on a l’impression qu’il s’est passé beaucoup plus. Déroutant.

En écoutant des titres comme « Des trous dans la tête » ou « La petite marchande de porte-clefs », on se rappelle qu’Orelsan est un conteur d’histoires. Pas du niveau d’un Oxmo Puccino certes, mais le monsieur sait écrire et déborde d’une certaine énergie pour s’exprimer.

L’album contient aussi son lot de morceaux à la construction originale (« Mauvaise idée », « 1990 / 2010 »), et si vous cherchez le meilleur de tous, écoutez « Finir mal », qui fait autant suite à « Double Vie » qu’au fameux titre polémique que je ne citerais toujours pas. Enfin, ma petite déception se situera au niveau de « Ils sont cools » en duo avec son ami Gringe. Non pas que le morceau soit mauvais, mais un égo trip à deux têtes, dans un album aussi personnel, ça dénote.

Avec ce second album de qualité, Orelsan se prend enfin au sérieux et on a impatience d’entendre la suite. Peut-être dans deux ans encore…

un album proposé par Spry

MoiMateo

Fondateur et chroniqueur de MoiMateo.com. Découvreur et diffuseur de talents étéroclytes. Signe particulier : 2 cages à miel en équipement d'origine.

Une pensée sur “Orelsan – Le chant des sirènes par Spry

Laisser un commentaire