[Album] 3éme temps – Grand Corps Malade

3ème temps. Le temps d’une mesure… le temps d’un nouvel opus, celui de Grand Corps Malade. Le rap, le hip hop, le slam c’est pas mon trip à priori. Je suis plutôt de culture hard et pop rock… et pourtant… j’ai découvert il y a des années GCM, ses textes, ses mélodies, ses regards, ses sentiments et j’ai été séduite, définitivement !



J’aime particulièrement le slam de GCM pour le décalage musique/parole. J’aime les fonds sonores minimalistes, classiques ou jazzy, piano ou cuivres. J’aime sa voix grave et sensuelle, sur des paroles souvent dures, toujours lucides, parfois aiguisées.

Le premier opus « Midi 20 » m’avait séduite avec son côté improvisation et pour ses duos entre slameurs qui rendaient parfaitement la sensation de scène ouverte dans un bar de quartier. Je découvrais un homme blessé qui aurait pu être amer et pourtant, ses slams étaient tous emprunts d’optimisme, d’humilité, d’amour, de fraternité…

Le deuxième album « Enfant de la ville » était subtil, mélange de révolte et d’espoir. Des textes qui font découvrir autrement la banlieue et ses codes, loin des faits divers et du racisme. Je découvrais encore plus le poète d’une ère nouvelle, et je restais marquée par « j’ai pas les mots ». « Ma tête, mon cœur et mes couilles » de Midi 20 laissait place à « L’appartement »

Ce troisième temps reprend les mêmes thèmes : société, éducation, amour, famille… les codes de la cité, de la famille, les désenchantements, les doutes, révélant une fois encore une certaine réalité sociale et politique vue sous un œil engagé.

« 1er janvier 2010 » est ma préférée parce que plus moderne, un rythme nouveau, très enjoué, pour raconter la rétrospective de ses dernières années. L’histoire d’un homme heureux d’être sur scène, proche de son public, fier d’être devenu une référence mais qui a su rester humble.

« Définitivement » est un texte très personnel sur la venue de son premier enfant. Texte qui fait naturellement suite à « Comme une évidence » du 2ème Opus.

« Roméo kiffe Juliette » est incroyablement fort dans la symbolique. Le choc des religions, la force d’un amour hors norme et clandestin. Des sentiments amplifiés par une musique avec des chœurs. Une poésie entremêlée d’engagement.

Quant à son duo avec Charles Aznavour, j’avoue lui préférer et de loin celui avec Calogéro ou mieux avec I Muvrini !!

« J’attends » m’a fait pensé à « J’ai oublié » et « Un verbe » à l’ambiance générale de Midi 20. On retrouve une chanson sur la météo, une sur la ville (Paris/St Denis et maintenant Montréal) sur la mort (après « j’ai pas les mots » , « nos absents ») une sur la famille, une sur la religion…

Chacun de ses albums a une âme citoyenne et 3ème temps n’y échappe pas. Grand Corps Malade reste un transmetteur de valeurs aussi humble soit-il. Et je reste sous le charme…

Je disais un peu plus haut que je n’étais pas hip hop ? C’était avant de voir Hocus Pocus en concert… wow ! quel show ! Epatée par les jeux de scène, de lumière, les solos, les chorégraphies… Mais… Si j’ai adoré la musique, le même mélange subtil de cuivre, de guitare de batterie en décalage total avec les textes. Les textes eux ne m’ont pas secouée… Contrairement aux slams de GCM…







NatCordeaux

La musique tient la même place dans ma vie que le parfum : indispensable tous les jours, interchangeable en fonction de mon humeur. La femme digitale que je suis préfère la musique authentique, les guitares autour d'un feu de bois aux salles de concert, les sons pop, folk, le hard, le slam... Je suis capable de dire dès la première mesure si le morceau me plait ou non, j'adore les rythmes à contre temps, les accords dissonants et les mélanges voix instruments improbables. Je déteste le classique, l'opéra, les chansons pour enfants, Gainsbourg et Johnny. Co-fondatrice de [email protected] Vôtre avec l'hôte de ce blog, Responsable éditoriale pour @LesNews

Laisser un commentaire